Jour 20 – COVID19. Comment va-t-on? Pour vrai.

Nous sommes rendus à la 3e semaine de confinement (je compte depuis la fermeture des écoles). Autour de moi, je perçois une montée d’émotions, une fragilité des gens. J’ai parlé à des clients, à des amis, à des commerçants autour de chez moi.

Bien sûr on endosse tous notre habit d’optimisme et on sort notre courage pour continuer. Mais quand on gratte un peu, il y a beaucoup de peur et d’anxiété.

Oui. J’avoue que moi aussi, à certains moments, je trouve ça lourd, que l’incertitude me fait peur, que je doute de la suite. Et ce, malgré une résilience de feu et une foi en mon bonheur qui ne m’a jamais fait défaut.

D’ailleurs, hier, j’ai publié ce post :

Aucun texte alternatif pour cette image

Presque 12 000 vues et autant de réactions et de nouvelles connexions générées par ce simple partage? Ça me dit que les gens ont besoin de vibrer, les gens sont sensibles et plus que jamais, on a tous besoin d’amour, d’empathie et de solidarité.

Voici ce que l’on m’a confié :

Des salariés : Je ne me sens pas du tout productif, je pleure beaucoup. C’est difficile de travailler avec les enfants. J’ose pas en parler. J’ai peur, si on doit faire des coupures, on va choisir ceux qui sont pas efficaces.

Des patrons : Je me sens pas du tout solide dans mes souliers, je supporte mes enfants, mes parents, mes propres angoisses, mais j’arriverai pas à en plus supporter les états d’âme de l’équipe. On me demande de faire plus que jamais appel à mes compétences de gestion des humains, mais j’ai JAMAIS été bon l’a dedans!

Des entrepreneurs : Je suis ici, j’ai fait de mon resto un « pour emporter ». J’essaye de garder à flot la business et la famille…. mais j’ai peur de perdre mon commerce. Ce sont toutes mes économies et les 15 dernières années de ma vie qu’il y a entre les murs ici. J’ai peur, comment je fais pour aider les autres qui ont peur?

Des parents: Du bon temps avec les enfants, je suis peut-être la seule mais c’est pas agréable du tout. Je ne suis pas pédagogue pour 2 sous, comment faire l’école à la maison sans pogner les nerfs?

Et tous les autres : Des couples usés qui soudain, se font face, sans distraction et qui doivent faire équipe. Des célibataires sans enfant qui se sentent si seuls au monde. Ceux qui se chicanent avec leurs parents qui font les rebelles et continuent de sortir. Et que dire de ceux qui sont rendus à la dernière boite de conserve… (Et il y a pire).

Oui, il y a des gens qui vont bien. Oui, il y a des individus et des PME qui se sont revirées sur un 10 sous et qui font des choses formidables! Et c’est important qu’on en parle. Ceci dit, nous devons aussi adresser la peine. Il ne sert à rien de noyer de positivisme quelqu’un qui a peur. Il faut l’écouter, la faire parler…. L’accueillir.

Nous avons tous un rôle à jouer dans la situation actuelle, qui est en fait comme une transformation organisationnelle et sociale qu’on vit tous en même temps.

Et on le sait, les humains vivent beaucoup d’émotions face aux changements. Quand on regarde la courbe de la psychologie du changement de Elizabeth Kubler Ross, (qui est d’ailleurs la même que celle du deuil), on voit différentes réactions humaines de la crise en cours. La première, le déni! (malheureusement, certains chefs d’État sont encore là.)

Aucun texte alternatif pour cette image

Globalement, je pense que nous sommes encore dans les deux premiers cadrans, nous avons surtout besoin d’information et la remise en question est doucement amorcée. Dans le 2e cadran, les personnes ont besoin d’accompagnement pour faire face à la remise en question.

L’enjeu qu’on vit face à cette grande transformation c’est que contrairement à une gestion du changement « normale » on ne connait pas la cible. Habituellement, quand on change en organisation, on a une cible, une destination, une vision vers laquelle on se dirige. Là, elle est floue. Pour le moment, la cible est prioritairement de se protéger et d’aplanir la courbe. (Je pense aux grands gestes de notre célèbre Arruda ; )

Mais où on s’en va? Certains aspirent à revenir exactement « comme avant ». Tandis que d’autres rêvent d’une révolution humaine, d’un mode meilleur post Covid19. Puis, résident entre les 2, toutes les autres nuances possibles du « après ». Nous sommes tous en réflexion dans notre chambre :

– Au fond, qu’est-ce qui est vraiment important? 

– Qui suis-je? À quoi je crois? À quoi j’aspire?

— Quelle est ma contribution?

– Et bientôt celle-ci : Si j’avais la possibilité de redessiner LA vie ou MA vie… À QUOI ON RÊVE?

Dans une optique de reconstruction, ces questions sont celles que devront se poser tous les individus et les organisations. Mais entre temps, pendant qu’on se dirige vers la phase de renouvellement, de quoi a-t-on besoin?

Pour y répondre, laissez-moi vous parler des outardes, la migration est une étape exigeante de leur vie. Une épreuve qu’elles vivent en collectivité, 2 fois par année. (C’est d’ailleurs un superbe exemple de leadership collaboratif, nous y reviendrons dans un autre article).

La légende dit que lorsqu’elles se déplacent ensemble en grand V, si un des oiseaux à un malaise ou s’il est sur le point de s’éteindre, 2 oiseaux vont l’accompagner au sol jusqu’a ce qu’il meurt ou qu’il soit prêt à réintégrer un prochain convoi d’outardes.

Je pense que c’est de ça dont nous avons le plus besoin en ce moment : de compassion, d’humanité, d’intelligence émotionnelle. 

Aucun texte alternatif pour cette image

Les organisations ont un rôle social à jouer : c’est le temps de sortir votre intelligence émotionnelle! Pour que votre équipe et votre entreprise puissent passer au travers cette crise, pour que socialement, nous puissions retrouver une vie hors de nos foyers, on a tous un grand rôle à tenir.

Que vous soyez le leader ou pas de votre équipe, il est temps, si ce n’est déjà fait, de créer des moments et des espaces où les gens peuvent parler de comment ils vont en toute sécurité. 

Il est temps d’engager ces conversations importantes pour passer au travers l’épreuve, ensemble, comme les outardes.

You might also like

Chercher
À Propos

Magali Legault

MAGALI LEGAULT
Coach, formatrice et conférencière
Co-Création, communication, changement

Tel un catalyseur de la force vive des organisations, j’accompagne les leaders et leurs équipes dans leur transformation.

J’aide les entrepreneurs et les intrapreneurs à replacer l’Humain au cœur des organisations et à tirer pleinement profit de l’intelligence collective pour bâtir des entreprises innovantes et prospères.

Spécialisée en coaching d’affaires et animation de sessions collaboratives auprès des leaders, je me consacre depuis plus de 20 ans aux défis de la transformation organisationnelle et du développement des leaders.

J’offre mes services en français et en anglais.

Catalyseur: [katalizœ:ʀ] n.m Ce qui, par sa seule présence, provoque ou accélère une réaction, un processus.

Suivez-moi
Billets récents

Contact


Parlons-nous : cela me fera plaisir de connecter avec vous!

Enter Your Contact Form 7 Shortcode in Cone Options!

© 2020 Magali & Co